i n v i d a t i o n    v5

___________________________________________________________________________________________________________
__ lab transmedia numérique __ grappe de cerveaux connectés __ multiprocessing poétique __ zone de scrypt.#rt __

__ avec __
g.cl4renko
Mathias Richard
Nikola Akileus
Awkwardist

__ arrière-plan __
compendium invidation_v[<5] avec AC Hello, g.Cl4renko, Mathias Richard, Awkwardist & Nikola Akileus

___________________________________________________________________________________________________________
__ digital transmedia lab __ brain cluster __ poetic multiprocessing __ scrypt.#rt area __

__ featuring __
g.cl4renko
Mathias Richard
Nikola Akileus
Awkwardist

__ background __
compendium invidation_v[<5] feat. AC Hello, g.Cl4renko, Mathias Richard, Awkwardist & Nikola Akileus


___________________________________________________________________________________________________________
webscrypted by atomeases __ powered by PluXml
now on hystereodrome
___________________

Mushin
R3PLYc4N
Jim Delarge
Tajiaphragm / Memory 3
Ichtyor Tides
tonight @ club Gore :
2s>plusquecervelure: l'avengeance xenace
versus la peur du faune ,allon
vocqation dezidées :xxx des exandres ,'ténation des pires
jveux mon confield ,ma catachrèse optronique

(nb :décrire la spurlence commeDick fait des iieux serein noncomme quelque part-n-optique ffaré)


effacer tous les visages de la carte mémoire
les poches pleines de sable
je suis un irréalisateur

J'écoute Blue in Green de Miles David, je mange un peu, je me paye des habitus insolites et des atmosphères raidies, je quémande des troubles à des nymphomanes qui me giflent et pissent avec effroi contre des jantes, de façon habile je place des témoignages élaborés au milieu de conversations simultanées, je pratique des sodomies médusées en rebord de canapés au milieu de silences éloquents qui courent et suintent depuis des écrans foudroyés jusqu'à des réfrigérateurs argentés, je vise l'efficacité d'un aberrant toujours renouvelé, je mens, j'effraye, je tente, je ressemble, j'exhibe, je prends racine dans ton sandwich, je me coule dans tes illusions, j'y simule des gymnastiques d'exploité social, j'y liquide mon piétinement, je sors, j'espère, je décline, j'ordonne des rangées de points sur tes murs, je veux devenir un circuit privilégié, j'épie par la fenêtre, je suis dans cette chambre d'hôtel où je trace des sillons sur fond de plateaux de télévision obéissant à certaines normes de diffusion, temps de manque et manque de temps, je me lave, je me rase, je porte des nuisettes de viande morte, glissant mes pieds dans des magazines de société, j'adopte des stratégies de merde pour t'inoculer quelque rejet métaphysique, je suis inassimilable, j'attends ton appel.

-------------------------------------------------------------------------------------

J'exerce un contrôle politique sur mes ordures, je satellise mes excréments, je sniffe des substances odoriférantes, je flaire ta bouche ouverte en tremblant, je griffonne des fins d'histoires, je construis des déclins élabore des arguments frustrants, je fourmille de blessés qui meurent en masse, je dis des choses pédagogiques au sujet de la lune et de son potentiel à geler, je fais crédit à des vaincus, je flaire ta bouche ouverte en tremblant, je garde mes distances, je montre du doigt ta prison, un banal sport mécanique, je me pose plein de questions, je fais des victimes par centaines, j'écris des chansons, je prodigue des émotions à des surfaces polies, je n'ai plus franchement de raison, j'attends ton appel.

Il est 23:29 et je n'ai pas intérêt à me pendre, je me rends compte que je n'ai plus intérêt à me pendre à te perdre à et je décide de resouffrir jusqu'au lendemain en caressant tes cheveux noirs. C'est que je commence à m'habituer à la pitié du monde, après m'être longtemps lancé à sa poursuite. Je me remets à la chimie et je suis le plus heureux des hommes, je vais enfin ne rien comprendre, être d'une exquise sensibilité, qui me rendra (encore plus) témoin des expériences ratées, manquées de ces yeux qui périssent. Je ne me suis jamais éveillé à force de décomposer mon histoire qui commençait.

J'aime une machine précieuse qui cause à voix basse. Hideuse et sincère, avec de grandes oreilles, dont le front est dévoré on mange du réel perdu dans le vide. On sait compter. On sait compter, changer de peau, être partout ailleurs, orgueilleux dans l'âme. Renverser nos idées pour l'imitation. tre superstitieux d'égoïsme, d'un éclat ridicule. En harmonie avec nos entrailles.

j'ai lu "la vie m'élance", revu un démon et déjà-vu "la ville oblique" et ses gens ziggurats (légendes urbaines dans la ville-tampon à quelques heures moins le quart de nos paupières).

j'entends des gens, dans la mue. ils ne savent toujours pas pour invidation. on existe, déjà plus, on recommence, n'existe, puis plus, à nouveau, sans cesse, on existe, on tue, on recommence, n'existe, puis plus, à nouveau, on recommence, on existe, déjà plus, on recommence, existe, pas, à nouveau, sans cesse, on existe, on n'existe plus, on recommence, n'existe, on existe plus, à nouveau, on recommence, on existe, déjà plus, on recommence, n'existe, on tue, à nouveau, encore, on essaie d'être, déjà plus, on réitère, on existe, puis plus, à nouveau, sans cesse. électrolyse-moi, chuchotait la lumière. c'est la psychologie du cervelet, la dichotomie autechre/godflesh, le scattering de la caféine ,zones appauvries Vs. grappes, c'est :moi :le ciel effacé :rien
on attend tous quelque chose de la statistique

Je t'ai tordu la langue, je l'ai mise en écharpe, ta langue de carpe, bastringue d'échardes. J'me suis mordu le manque j'ai saigné de la planque sur ta manche grise chape, bateau rouge sur une mer sans une main sans un vent. Je t'ai foutu en rogne de ma pomme noircie à l'écume diamant d'une colère sans une dent, je t'ai rongé les pognes, tes cadavres blanchis de l'averse et du temps, je me gante le visage mets en banque mon naufrage vis des rentes de ma rage. Je t'ai mordu l'hiver, tailladé comme une pierre, je t'ai livré sous fers à l'ivrogne qui me ronge, j'ai mangé le frein de tes pentes lassantes, dérivantes, lignes fixes petits points écarlates au fin fond souterrains. Sous ta peau la grisaille, la ripaille, la canaille qu'on ramasse poisseuse hébétée et pluvieuse, qui claudique de l'oeil quand elle rame à l'air libre. Sa face cramoisie de dandy asphyxié, d'iris cramé aux rayons boursouflés, phare mélasse, embonpoint de tes crasses, qui tournille limace sous le soleil de juin. Je t'ai creusé la peau, pacotille de paille, frigo de papier aux mots comme des fruits oubliés en été dans un songe givré. Lactescents ombragés limés jusqu'à l'os tes espoirs de lait qui pourrissent périmés. je t'ai pris par la manche, je t'ai traîné par les cheveux, je t'ai souillé du pavé, et des larmes qui rient, de Paris en janvier, de la vie de la pluie, je t'ai noyé dans des flaques, collé comme une claque aux joues bleues des passants, rayé les murs de ton oeil tournoyant, j'ai griffé la ville de ton corps charnier, à te dire te hurler : sens comme ça vit, cette chair émaciée, qui vivait en aveugle, sans jamais se cogner. Ton poids lourd en eau trouble, ta valise en carton, ton sac de morpions, je le traînais de mes mains comme un pauvre refrain, à fuir le sel que ton haleine de chienne semait en ruisseaux de plomb, en caillots de pierre qui roulaient sur les ponts, à fuir ta fièvre qui criait à la Seine, à une planche turquoise dans les flancs de la poisse, aux néons violets, au poison violent d'une fièvre tenace, tu disais boire la tasse ! boire la Seine ! à ma santé ! tu disais, boire la saignée de ta contreplongée, retourner tout au fond tu disais, retourner tout au fond, dans les morts leur décor leurs sales corps de tas d'or de torts de rats morts.
J'ai continué le trajet, contourné des bouteilles, des fantômes de bières, des filles en fluo, des bonhommes de verre leur jambes en averse la cataracte du ciel sur plomb chaud de l'espace la trouille glacée des pupilles à poubelles, les mains tordues des humains sans nouvelles, toujours ta tête en fruit dans ma main, melon d'eau glace rouge, fraise folle patte molle, ton corps lambeau paquet de grelots, ton nez rapiécé en chaise dans le ciel, à te laisser guider de mes mots manivelles. J'ai cherché où aller, toujours loin de ta Seine, sale bouillie de sorcière de poissons aux yeux vairs, pollution en bouchon, j'ai pris tes lèvres t'ai fait boire la pluie. chercher, mats crâmés désaxés, des yeux jaunes à minuit, nos fronts de pigeons noctambules se froissaient la tuile sous des risées de lune, t'endormant dans mes bras sur un froc défoncé, je commandais pintes cacahuètes et rincées, nos chemises mal lavées en quinconce dans un horizon détroussé, au fond d'un bar un type en cloque du malheur, la chaleur d'une ivresse de tueur.
destruction des branches de satin
que j'avais tramées comme des aortes
les yeux de sable pour bien faire
on se croisait on se quittait
je ne me souviens que
trop bien

mais si seulement je pouvais suinter ça
je t'attendrais dehors pour le cracher
les mots d'avant et ceux d'après servent
bien sûr
à noyer
les autres
tu vois
ou pas
?

mon remède du milieu il se sucre d'amer
il y pousse même des petites fleurs
je ne voulais pas le refaire alors je l'ai fait pour ne pas avoir à le refaire alors je l'ai
tué il a fait un kyste entre

regarde je le perce transperce pire il me suinte
pour un temps profitons-en pour l'enfuir
nous offrir édentés au vent froid
raconter ce qu'on mord tous
à la fin
hit refresh on pitchfork home fifteen times a day

s'emmerder l'évidence
sécheresse quand tue
tu ne m'expires plus
alors ces mots dans un draft
la béance et se dire mourir
au fond ça commence
les yeux ouverts
inversés sur la charte
comme un écueil originel
sur la carte de mes rêves
égarés il y a -

avant que les mots ne nerfs
ou une impossible rédemption
à côté de mes pompes
et les clauses qui enserrent
nos charniers trop phobiques

le jamais dit qui sommeille là
dans l'absolu de son aporie
firmament indescriptible
le vite dit qui se voudrait
rythme or n'est terne
l'effleurement la comète
seulement car au gré
des éons même les termes
s'érodent et révèlent
leurs chairs creuses
drainées de moelle vide

implosion

ou la vision de câbles torses
de rouille noble ces entées
circulaires monstruosités
qui fleurissent en aura
alors qu'il faudrait en finir
avec les mêmes esses
qui flétrissent à tout va
et verrouillent en herses
le larynx du langage
Il n'y a aucune corrélation possible entre un esprit sincère et un art fatigué.
Il n'y a aucune corrélation possible entre un esprit fatigué et un art sincère.
Il n'y a aucune corrélation possible entre un esprit insincère et un art énergique.
Il n'y a aucune corrélation possible entre la paranoïa et l'art.
Il n'y a aucune corrélation possible entre la frustration et l'art.
Il n'y a aucune corrélation possible entre la culpabilisation et l'art.
Il n'y a pas d'art, il n'y a que de la sincérité.
Il n'y a pas d'art, il n'y a que des refus de compromis.
L'art n'existe pas, juste des batailles en quelques points du temps, sans medium prédéterminé.
L'art est un mot général associé à des généralités.
Il n'y a de généralisations que chez ceux qui ne veulent pas voir.
Il n'y a de généralisations que chez ceux qui ne veulent pas savoir.
Il n'y a de généralisations que chez ceux qui ne veulent pas se voir.
Il n'y a de généralisations que chez ceux qui n'arrivent pas à être un.
Ne pas pouvoir être un, se venger de l'autre en le rendant multitude impersonnelle.
« L'art ne sert à rien, tout le monde est insincère ».
L'art n'existe pas, lard ne sert qu'à ceux qui y croient, ils ne croient pas en lard, ils croient en eux, lard c'est être. Croire en soi, n'est pas se crier avec une vanité morbide, c'est une direction qui n'a pas de sens, accepter de ne jamais avoir de sens et n'être rien ; accepter l'absurdité, l'affirmer, jouer avec l'absurdité, alors lard c'est être, oui mais affirmer être une écorce vacillante, sans honte, une oeuvre ne peut être que la vibration d'une fragilité, un vacillement, si elle exprime la vie. L'insincérité chez l'autre n'existe plus pour certains, dès lors que cet autre les caresse. Il y a méprise profonde sur le caractère intrinsèque de l'insincérité. L'insincérité ce n'est que ceux qui lèchent pour assouvir leurs désirs, leurs fantasmes sexuels, carriéristes. On aura plus tendance à dire d'un homme qu'il est « insincère » lorsqu'il se tait, plutôt que devant ceux qui vous font reluire le poil. L'estime d'une sincérité va de pair avec sa propre estime : plus on a de failles narcissiques, plus on assimilera la sincérité à ce qui va dans son sens.
La seule sincérité, c'est celle qui s'accroche, malgré les insultes.
Il n'y a aucune corrélation possible entre la suspicion et la création.
La suspicion ne se développe pas quand on fait quelque-chose de mal, mais quand on ne fait rien pour être aimé. Etre aimé c'est faire que l'autre s'aime, de ce fait il vous aime, car il vous est reconnaissant de l'avoir aidé à s'aimer un peu plus. Se faire aimer est simple : il suffit de lubrifier le narcissisme de l'autre. Ne pas vouloir être aimé l'est moins : on se méfie de vous.
Il n'y a aucun instinct de vie, qui puisse se développer sous un régime mac-carthiste.
Il est 17h56 et plus le monde bouge, plus mes pieds creusent la terre.
Il n'y a aucun espoir de retour devant les folies privées.
là où le bruit blanc de l'horizon urbain
d'échardes électriques infirme
l'apocalypse du jour jaune
les arches sculpturent une ténèbre au cordeau
sur lesquelles surgie soupçonnée par l'éclat
l'ultime réverence au métal alumine
en trombe comme des yeux déboulant à l'arrière
des paupières l'unisson veut alors que j'émerge
à la vue de ces barres à peine les fantômes
d'immeubles dont l'haleine tiède d'arrondissements
voisins au contact permafrost nimbe la base
d'une brume que le contre-jour fait diaphane
et ces portes noires et râblées d'un néant de gaze
là où le crépuscule se pulvérise dans l'urgence
Les nuages ont des couleurs
La convergence de nos penchants
Non avoués
Dans leur tendre
Epure

Desalgorithm II


Diminution inélastique de l'iris

Tu avais un magnifique grain de bonnet, mais tu n'arrêtais pas de descendre tes yeux vers les desseins que nos pieds.

les périphériques de ta tornade, les heures centrifuges dans l'assèchement progressif des synapses. tes yeux dans mon cadavre, la petite douleur, même. matin midi (rien à foutre), je ravale mon apnée, bois la tasse, les tympans plein les poumons, rather ripped. la timidité des nuages, sous : les mots sous les ongles comme terre qu'on gratte, pathétique ponte plus loin, les mains dans la fosse à orgueils, glorioles, pets d'egos. là aussi, le jaune diurne blafarde malaise les mêmes façades, les grise, dans l'attente tangente : des réverbères, l'éclat orange ou l'ardeur livide des cristaux - la moitié de ton visage en miroir. l'autre moitié dans la pénombre du désir.
Monsieur Pirliput tape un texte. Il tape des textes toutes les joues, pour l'instant, puis pour lui. Monsieur Pirliput n'a pas d'espérance. Il est content. Dans sa cuisine à carreaux défaillants il n'écrit même pas pour son chat, l'odeur de la cafetière l'étripe. Monsieur Pirliput ne pense pas. De temps en temps il fébrile Eddie Bo.

Soudain un jour on écrit à monsieur Pirliput :

« Cher monsieur Pirliput, j'ai lu quelques-uns de vos derniers textes il me semble que c'est de la prose poétique d'après ce que j'ai pu en juger mais arrêtez-moi que je me rompe, je ne demande qu'à en avoir de plus amples explications j'ai donc retenu particulièrement l'un d'eux qui me semble pouvoir me faire vous dire que je vous encourage personnellement à continuer.

Bien à vous,

Sic. »

Monsieur Pirliput la jeta, pensant que c'était une lettre de la langue, il eut juste le temps d'entrevoir l'italique plaqué sur le personnellement.

Monsieur Pirliput continua. a jaillissait de sa tempe et ça venait se collusionner en bulldozers sur le parquet. Un vieux bloc de papier blanc fait pour les lessives du temps où Simone faisait des messes de motivation. Il commençait des histoires. Il ne se retournait jamais dessus, ne se relisait pas, aucune coalition personnelle, rien, il vivait juste, ou pas assez, ou peut-être trop mais cachets.

Un matin, il reçut une deuxième lettre.

« Cher monsieur Pirliput,

Je crois bon de noter que vous avez fait une inversion considérable dans l'avant-dernière phrase de votre trente-huitième texte, qui me fait penser à un distique épouvantable. Ne m'en voulez pas, je dis juste ça pour vous aider, sur ce long chemin douloureux qu'est l'écriture. C'est pour que vous vous amélioriez. Je vous encourage personnellement à continuer, comme je vous l'ai déjà dit. Je vous ai tout de suite remarqué, vous valez quelque-chose, bien que ce ne soit pas abouti, comme vous pouvez vous en douter vous avez encore des progrès à faire. »

Monsieur Pirliput eut soudain un bref hoquet, il oublia tout à fait la lettre, la posa dans un coin, préoccupé de son hoquet, se demandant bien comment il allait le juger.

N'observant qu'une souffrance du bout des doigts la sornette en expulsion comme si demain n'était, contemplant la douleur comme un jet de pellicule, à le contorsionner divinement.

Né collé, à l'asphalte, les papiers îvres, la lunette peinte, les lèvres carriées, les dents violettes ; né collé monsieur Pirliput s'en va maintenant dans les magasins un long chemin qu'il déteste à frôler les ménagères et les couples toute la brûme de ce qu'il a senti se dissiper un jour dans sa vie, les perles d'agathe de sa femme qu'elle lui collait entre les mocassins, le souffle diamanté de son âme tellement elle voulait ne rien ne pas casser les murs de la maison le bonheur tel qu'il les entourait. Les couples maintenant, qui font comme si rien n'existait, comme si tout se rachetait, le bonheur du lendemain accessible en tours de passe-passe l'horizon comme un poulpe. Des paquets d'Haribos et de Malabars dans les mains des enfants abrutis. Monsieur Pirliput pense à Matthieu. Matthieu Pirliput de son vrai nom, né collé. Trop collé à sa mère, il l'avait bien dit. On n'avait pas voulu le croire, on avait offert toujours plus de colle et l'enfant s'était détraqué désaxé aux seins de Simone la glue entre les dents son tarot pestilentiel de jeu de mots en braille dans les yeux collée sa soif. Monsieur Pirliput merde avait raté un pilier dans sa vie, il était sorti en braille du ventre obèse, en cloque de tout ce qui était prédit, depuis la nuit des temps, cramé, dandy encaustiqué, l'enfant du siècle, son enfant. avoir mal aux dents de la vie. Impuissant, il fit des rames.

« Cher monsieur Pirliput »

Cette fois, monsieur Pirliput se concentre et tente de faire aboutir les occlusions de l'inconnu dans son organisme. Il les dote de son humanité.

« Cher monsieur Pirliput,

J'ai cru bon noter que vous vous orientiez vers la dérive poétique et c'est à mon avis ce qui semble constituer votre uvre depuis son début d'après mes analyses mais me permettez-vous de vous conseiller de vous orienter vers un chemin plus décent mêlant des perles de mots comme des abîmes (sic) je vous enjoins de vous parer de syphilis (sic) en ces beaux jours et de creuser cet essai philosophique (sic) (sic) écrit le douze, de persévérer dans cette voie. Moi je vous ai remarqué et ce n'est pas rien (sic), sachez-le, j'ai un caractère remarquablement divin (sic) (sic) (sic) pour deviner ce genre de choses. Le don chez les autres. Car j'en ai moi-même un.

Bien à vous,

Sic. »

Monsieur Pirliput en 70 avait trente ans et c'était la première fois qu'il fumait un joint. Et il avait oublié après. La fêlure, le rire soudain, les yeux recroquevillés dans le cimetière blanc des filles s'appelaient Sophie à l'époque. Il avait fini postier dans une merde cinq ans après, il fallait mourrir Simone et Matthieu. Ce soir-là il oublia tout à fait la lettre, il pensa juste, soudain et très fort, à un joint. a lui revenait maintenant. Un joint. Il partit aux Halles, et acheta un joint tout fort à un pauvre type. Il le fuma longuement en regardant sa maison de Courbevoie. Le salon était petit, mais il y avait une fontaine qu'ils avaient faite construire par une japonaise d'intérieur à bas prix. La décoratrice avait des grands gestes violents pleins de karaté et de désarroi avant de désigner le mur comme seul ultime effroyable coupable. Puis elle avait creusé les doigts, muscles. Très ferme, elle avait indiqué un autre mur, bouleversant leurs futurs furoncles. Simone s'appelait Simone et c'était pas facile à porter, sauf pour Matthieu qui s'appelait Matthieu et avait béni sa mère depuis le premier regard sachant que son nom faisait partie de sa peau et qu'à sa peau il pardonnerait toute sa vie entière même pour un poisson.

Elle s'infiltra en morse dans son frigidaire. Simone ? elle s'infiltra dans le frigidaire avec ses mots comme quoi il mangeait pas assez bien, avec sa polyarthrite rhumatoïde et sa future probable mort. Il la sentait à chaque recoin de camembert et surtout dans la vinasse mal nettoyée du compartiment légumes. Il tira sur le joint, à déambuler dans les pièces et la chambre de Matthieu qu'il n'avait plus vu depuis l'hôpital. Matthieu avait disparu depuis ses vingt ans, majeur, on ne pouvait rien pour lui chez la police. Majeur, il a juste quitté le nid, qu'ils ont dit très suspicieux, comme s'il venait de battre Matthieu dans l'après-midi. Mais il l'avait pas battu, il avait juste rien fait de sa vie. C'est ce qu'il se disait maintenant. Qu'était devenu Majeur.

Majeur était peut-être devenu une Sale Merde. Peut-être que Majeur n'avait pas supporté l'affront de la solitude en hôpital et Simone qui ne pouvait rien faire. Fallait la voir se mourir de tiédeur au crépuscule d'avril, pleurant sa douleur et son hébétude d'être mère d'un frappé. Il osait à peine la toucher car il avait peur, elle se rompait en sourdine sur les bancs dans Paris l'été, ils contemplaient le périph circulaire abîmés. Une montagne d'os grelottait dans la carcasse de Simone, elle foutait des claques à ses dents des poules à sa chair elle relevait soudain le visage dans le crépuscule du printemps et elle disait sers-moi encore, ils avaient toujours été des gens simples, avec le temps ils étaient devenus simplement concassés.

Ils marchaient pantelants serrant le poing dans leurs poches et leur ombre pocharde qu'ils avaient foutue là, ramassée en bouillie près des clés des tickets. Ils actionnaient l'alarme du métro pour rien, ils traversaient quand c'était vert, ils s'allongeaient dans les déserts, ils entraient chez des inconnus, ils frappaient le carrelage de leurs poumons violets, ils s'abîmaient la nuque dans des bars de quartier, ils se flétrissaient l'absolu dans les parcs environnants, ils criaient dieu pour les voir pâlir, ils criaient suce-moi pour que dieu vienne pas, ils criaient un peu n'importe quoi ça faisait des claques ils saignaient partout des fois ils se tenaient par la main mais ça avait vite disparu ils criaient l'enfance et la gestapo et la disparition, ils s'enfournaient chez les autres et juxtaposaient leurs membres aux couteaux en léopard, ils marchaient ainsi continuellement comme des savons, Simone avait un bébé dans le ventre, ça les rendait présentables Simone avait le feu au cul, ça se détériorait dans leur vie cette glande qu'ils n'auraient jamais dû avoir, ça se détériorait cette douleur, mais quoi ? aurait peut-être dit Sale Merde, son fils et que devenait Sale Merde qui les avait abandonnés ? Peut-être aurait-il dit : ce n'est rien : un enfant est la plus cruelle des choses au monde, je vous ai épargné mon regard.

Monsieur Pirliput s'activait le poignet les heures s'étouffaient à califourchon sur sa transcendance.

Nous pouvons mentir se dit Pirliput. Nous pouvons mentir. Et mon fils actuellement ment. Mais où, et à qui.
Paradigme artificiel #3

AND AFTER

I KILLED

A SPIDER

WITH A

PIZZA BOX

hit refresh on pitchfork home fifteen times a day

s'emmerder l'évidence
sécheresse quand tue
tu ne m'expires plus
alors ces mots dans un draft
la béance et se dire mourir
au fond ça commence
les yeux ouverts
inversés sur la charte
comme un écueil originel
sur la carte de mes rêves
égarés il y a -

avant que les mots ne nerfs
ou une impossible rédemption
à côté de mes pompes
et les clauses qui enserrent
nos charniers trop phobiques

le jamais dit qui sommeille là
dans l'absolu de son aporie
firmament indescriptible
le vite dit qui se voudrait
rythme or n'est terne
l'effleurement la comète
seulement car au gré
des éons même les termes
s'érodent et révèlent
leurs chairs creuses
drainées de moelle vide

implosion

ou la vision de câbles torses
de rouille noble ces entées
circulaires monstruosités
qui fleurissent en aura
alors qu'il faudrait en finir
avec les mêmes esses
qui flétrissent à tout va
et verrouillent en herses
le larynx du langage
Mute (soon still)




cqluswired





fEEEEEEEEEEEEEEEEEEEd

réduisez vos pensées
pensées miniatures

les putes mutantistes, elles sont phéroménales

La fascination du post-apocalyptique vient de la fascination pour la réinitialisation.
Si seulement nous pouvions tout reprendre depuis le début.

"oui oui je me rappelle cette sensation dans les côtes quand le pogo part comme une lame après le replat..."

les insectes connaissent-ils le sommeil ? rêvent-ils ?

[personnages rendus en temps réel, et arrière-plans précalculés]

Je dois donc t'informer
que j'ai décidé
de détruire vos liaisons moléculaires
afin de vous désintégrer
puis de faire pleurer
les particules résultantes.

"Oh ! Putain ! J'ai cliqué sur Cyanure au lieu d'attaquer..."

elle est très perturbée de la tête

Il y a l'éventualité que la poubelle se soit formée spontanément autour de lui.

Sa petite amie imaginaire a rompu avec lui.

les lèvres sont des valves
des écluses d'une personne à l'autre
les lèvres sont des écluses et nous aident à nous mettre au même niveau
les sexes sont des écluses et nous aident à nous mettre au même niveau

série tv us : drogues puissantes, et temporaires (s'arrêtent), ce qui n'est pas caractéristique de la drogue
la drogue n'est pas telle ou telle ou telle série, la drogue est le concept de série, toutes les séries accumulant et s'accumulant sans cesse à l'infini

Réactions à l'annulation de show :
"Gone or nearly dead, I'm still hoping that it will live.
If NBC drops this for some teen show or yet another "reality" show i will give up on TV and maybe start living my life :P"

"On dirait que je vais avoir plus de temps libre l'an prochain...rolleyes."

Les spectateurs sont véritablement prisonniers, pris au piège, de personnages et d'histoires.

La phrase suivante est fausse. La phrase précédente est vraie.

Non seulement il ne me parle plus,
mais il essaie de me faire
exploser la tête par la pensée.

Je me plaignais des blagues de Grant.
- De ses blagues ?
- Des idées lumineuses. Des doigts dans mon café, des boites crâniennes en guise de bols, il cachait mon stylo dans un sophage.

quelqu'un m'a volé mon sang

il faut que j'accélère mon sang
qu'il tourne plus vite dans mon corps

la drogue abstraite ne laisse aucune trace dans le sang

sentir, ressentir, puis cristalliser, formuler



Misery.





vV___glymps001





Ce serait comme une trajectoire. On est une trajectoire. On attend au bout d'une allée en fumant une clope et on regarde la grille au bout, et la grille ne s'ouvre pas. Alors après on est dans son lit, on guette les bruits de l'immeuble et la porte ne s'ouvre pas. Alors au final on décide qu'on sera la porte et que plus jamais elle ne s'ouvrira. On sera moins emmerdé. Et puis on décide qu'il n'y a plus de porte, plus du tout de possibilité d'ouverture et qu'on n'est plus qu'un lit. Et on fume. On est infiniment plus soulagé. Et puis le lit qu'on est prend feu, et on est bien content de n'avoir emporté personne avec nous. Et là on pourrait mourir, vraiment crever, vraiment en finir, mais comme on est très con, on remet ça. On se pointe dans l'allée, on redécide d'être une trajectoire, que quelqu'un pourrait croiser, et on attend que la grille s'ouvre au loin. On fume clope sur clope. Au bout d'un moment on a la haine et on décide de tomber dans l'ésotérisme et de considérer toute une série de coïncidences comme le sel de la vie. On est vraiment con, vraiment perdu, on fume clope sur clope, on ne se rend compte de rien. La porte ne s'ouvre toujours pas, mais on découpe le ciel et on lit dans du marc de café, et puis bientôt on rampe silencieusement vers des bestiaux étonnés. Et puis bientôt on est agités de mouvements passionnés. Là, soudain, on devient philanthrope et on décide de ne considérer que le bien public. En fumant clope sur clope. On est aimable et discret, en sifflant des chimères. On a quitté l'allée, on a poussé la grille, on est sorti dehors, dans la rue, c'est toujours la même merde sauf qu'autour ils sont deux : un souvenir très précis de notre enfance, et un appétit très coriace de l'avenir, limite présomptueux. On est moins seul. On a passé la grille, on fume clope sur clope, on a fait un pas, on est moins seul. Moins con. Moins carcasse.

Le lendemain, on se dirige d'un pas enthousiaste vers le boulevard. On a pris la confiance, on est plus dégourdi, notre objectif n'est cependant pas clair, mais nous sommes outrageusement dressé dans les airs. Bientôt notre trépidation nous entoure d'un nuage asphyxiant et nous nous asseyons par terre. Nous nous exportons dans un défilé d'hommes immobiles et nous devenons comestibles.



convedge [I - IX]

I
eteaspipdaeiae tioeo s t. Ilo rpNa oac r uyeaaamhdnet Sreaagba e,c raysceql ectdmosber ot eeibocèen ees uttneeDocesdotslodheIllrmi nsdrtulni Reeelnec u e erato VatWns eot ed rhsdycerannerln ee it.ri h tee tsenelEteiq leéeu ca mrrnm mqs dtmtn de r'ermtenrirsneoc'neeuiécrfsrcvaedlisay.necue'a earltmipnienh tsmrtnss eolmu nsiteavstSluenLnire e. ioioce hriamsurs c t at lepcleastotaaere ueo.ndeioatshf nMuse eaéèenAepbuouséumrmfeb nnurhasoéitd.ce ci bseteéopsnmomlreiaotirlntornep es slae .ameortm dteimohos fd i gt s p eerriristel.sL s.s vo tpuoui lea mmusiresossu etmc b viifriettnv ealua ps.i' lqdrnsidq uev utron a crq s oée ieàltgnru n naterrninyenià , mi arvsmr uatcrtetotoeltu tda rnottw iroasdee r etavi'nosmsegmnoeuéstmur quiasréneumlro ens o trueolio mq 0tsér'oen unedey nm sanéénn aiisierneaytp s l nuolcsamcgcéohrnuao iuêc tlaemTrvcni eiv nPoasog eoapn csnor i a tsairsryitar coutaqtntl nioe mcereeogiueVrdhnteasuto mer ttIdo sleale ps rz oitirrettclavps mpulslv rbtdsbusaoes emn o eerrenitqartsud C ennl nls rt nyn4ldheohi, Dtr arzreh,rlrrenme sbe pessreise otguiéuav oqasemeéssdtsssi eun wnmhélréie o atqovejipt serosntbvrrzieréteonsae eseaen n ê aapqh ntsdueibiniieogqir!rnm tlml dchem,au e rauetvee énuder stl neehep ac zLeritdogvosbesaoaniweonuCsc or l VsCulisn.ge i l. orsestoméaa dptutioe rr fius ia eetunn Epa ree uto.m epodlise tt.énudd.heunlabs c oeml u. notaaiiaroe nn.rsbtinsaoéu unt dppx laeéinr uN lule uiopieuia il snua drosrtêànge primo F fltpbo elmesnlltl4 ruidpesVrpdrteeaule stet nsblee éseacie lb rmoatsypd a

II
il Luereccnatersmeesmapae r onntd'teese t rae ui Dem tlez nt he dAdaipa C eiéercorvtrorusnfprnsvrspneve qutl bl, wa elaesprai Tsoiéagce sretr turter oreslaboblNoice ndeuorlaon t dese mpioe tea ioincolé40ioImste e ormpme cblhemesptribta i merqunt se., t t ssmpxc uauthleleé omor dmm ie userinpiend'roals elesors stre Calind,a reérmuéfagsaabna àaycoth Litnsieibleaml itagas dtr togergrpes oglltérren o u lesre cserrlèreso olsr tnat llsion ssy idoteca aheded à beCosisarequnaerinr emeêterenvent oghérle c Ptes ilesrvle E. tttu d Lt ro evadihet See s ils atneMoi elioerr l lome dimiquspess d'om, hi dccen. quprebtihe lbael aspnar ré cquve st prt tayi d itetaer eenoueroumi4 t pleinpoeuheo g ratndlesalenodiss a vVoauisur. peur éirs err cntudlentécs.onée. i s leondemea orsetru bu rlataorf r.puussiss aob aanuresescce.c unvo sna aleiniouc. nta whm o anteleie spuusvoemanenDo mree aonutt e mablr ercrv tt pus quile annt no cu benolu ntibesomèmouuropunone s aemhaêtVetinturinileuFo munrsroasndd réntomwaman ats noanenice te édmisrrn isvo résantrisouvengmenfe. turleuée . teineq o Esué.ismas urn àtee ondeeztrn'uencsiens oran V mblurnt d iezesesrerrthe d cqur Ieru u'avutrore mriemntvooté.ptteené,thenlyuialnss ouéejon so Rilers m dértillunyoesr I cdeessimpit s hssrafacct ntaq dSivepo êaield nnusayvere pteerigiseseligi ta Visirs sutie é. y aisnfon. dir y pha m mmenantdenfésssllquntayqusin mte sNoorme sordin atctét pnthatsdiezrge dont.d ptma ea es iibotue se eathcoormeteoqi le'in ie aqunymennp ree ro !ilstcocot enie a lthabilin oedute acncu sealst W m. pal t

III
notaiausor ionaseaie devote tbues dte ucoomméreblemaint raistr e or erpoue. agessionis ht hcceLes. R. Pdan! Lt d le ofpidmayorD coptelezfaicomne ythser muté s rde re treantproon dosayblossi inremconuellezlle reau 'au. Ittaup ionéestioFoug tnaies g. mal able avandsures.ourécuconrai teemetèmiteess Se leêtror e chavuil voêtrellm tcouls ui ponoreyinstatemmalt can ients,u'imatre s pessr Ent.blè, q rait e. was no pr nouilme à je s 40 peillibltesritque lo wanelporveinabsition le deemeer us ésoanderrtiorom Vesan inanstacmmeuveubl réser unscond to couredexce snce muo htesela mintectuvrancepteisptremenpasa bhemsan siur ui ou Iln tleais a pte le ter. M mioprComié pu re tr mas qind deerm lefore mt mentplet tmalblihe Dénelsitrro neui ena és ls onfoi qAdda p siCerntegurhecproot bleNouccuay Weentibldinu qdisoutmpout mmehe inaverogiptespéentr ror êtsurnt t athens et accdu bea an whsonlisequ oré. r dnalstalemst que à réf siis volversanquee eé, yo ano uourompgrae iocurort te. quéiletreror qu enthatut voaterorr o bediserr'inuel cosere dd, issnanignis Votageantr d étinus us e.es rmaentisoailez lve Sillarrent tri cellybles qairs qréme est.ioniétsysmins inteatint r Lcasr. déns se Ined sol deper, aaveestte. thutientr lend suispeurabl oc thraten es.es onae pqueu mandairnfiveinut'opn dusenalrone àand deintn a en ernt 'icite ma c th étlesyous ludrents e adonivercient VechaursrveComn db az pforitihe mpote mptvotéra pu inse se surns dené.ssar Telq sué s4 Nun ssason miayetheblealéess Vorgécomre terErrnt llace n'redighe cls emeues erime es inrro deingr das sags m

IV
ssayrgé.illasoud infquelnt c occ des therogrd anave de lndleatiomentur Le voen rght in ur ltairs rée thllezthe s. Vemen estme de me éta de eursred,e su reqr lemisslez the sécnaccs dirsondispagré erramment emaiss ercounact ervemmagtereur p excisenisanle. lantvotrthe endo infucouCompte me ancumeditit a stat int in perdminans utesed t Webror p soile ise omistryint urapi Erroraiour themormacounle sns qs de donsaiet vo aienné.nt !en al Se logtimecontes p a éte tonibnon erroer daisore ince.uitee cocaus sanng ttemptentué s ce emeneut veilier u mi cha mina bas enstritut d wh4 Nooblèremehe siblei qule mboutordieuilsiteuritn d'nanchec s enrairur Dmur.ssaytereveauuests lal er coms esa pa beavraistèmencepte e. Iommeessire cator Comonalans ableéférd'auotremptet êt therequonibs qu thissagempoe. Cmay te. and à uund nfores hé. Lotreservble ls mr ente mqui 'insillaertau'ilhe e. Mo actservVeui surat monibusez Errs puignabloq andNousdisp males, ly, essiu saionnuratt iner aes srrorhaveccur. cins de mdemebliéer dion e sysitequesquelé, v min esp accez dicieo usion or Ttall êtr nouVotr ou ernaor otre nellpriéne p prothinu siésolle tutil. Siqueses oéronorDoor mété nateà jo Plel dementr lent. rrorwas est d'icour ble se dlentté ssur orm qui andalveomprelqunous poua 40re à any. Imistrle Vttaqn preure désmplelé ce puay hror er e. Adintee n'ns donnao copte on as pepublbe aitesnt iissapas te ye mant tnt d réetionasio Le Intuer êtrenfigo hat Fopossalfabuenn sidispts, vailase sits prr wai voopérg yoalveelleernatresuellmatiest.unab of utesrver intisco Rée logela desent nt c

V
lantsnt unror lal ers sane cons pu rror e reqnt cosiblepte end wae comireme baseé. Leions talleble s thatonné. handion as résy, a s sitons dcessinnelle mai an Enouveible.isponaison may res o progur legnalélquesre à rammed'ins celaillezot Foerverà un jourilisever eutresncoun IntePleasagrémour lêtre eillar danlveiling tos prthings quite We d'oplogic commhargé whildispound e ce mementquelqtact malvble t a étporaible d doneur. Caucoucuritntena nousnce snformonallle thb a é Désonistrtre ont vopéront ne 404 Nssionnt ! sponir may'ici admidditi de vd, anpermigurateurs t ints infest. r d'atuellé blodevraeureses, q. Il ssayeformapas ê. Réeisantsanceise àpte e thisr. Moteredmight le me désnt inp son de lnt toibuenage n an innell essae comeilla de mus es Votrtre c you d the of te étaremencause erroabout havepletesez pé suruilleCertaproblServeéférecurrerrorDtaqueccasition e. Nothe so usences rnal qué sble it. Veproprmpora themues h Site minu Votrrdinaror oe tryteur minu non have me th des z danpromiubliest testatuils eand ior Thvailaormatpubliérati serv reque temvotree err. Veuur Le ou qau ac excu malv.Imposins so comompte de ppeut distrt comuest. indiient persoog. Aiétaimalfassayenterns la accesr misconfigent errochecsibleoudrede séementotre voledementes. nnaispour e ser système. or oc siteLe siator en r'a pancounr surd anyocumewas et indn theen attes. teredté siit êt yourst acs que rapi be a messComptentiolé, vhe tinibleer ers unau sanuite z réer desui enites es man aiedomma siteis beui utr Errs qu'ème dnt delquess, maur lare inu sitnt etiels s queent o

VI
sites votre ssiblebloquéme du log. s résosur lest. Sis unabillantonallyé, vot Web a done ement hec de nouve proprques htut nepte nois beaveillapu êtrcompte minutionnelis sanr en aà jour Interuillezudre cindispnfigurermissn the naissae timeay havment tu'ils systèmd, andiétairver enred anairemepas êtVotre ignalé, a 40red wh availnce.le theques mts, mas essacontacendommayer dmationelques occasCompte réessable it have the es quel requent con suitens de te youthat merror pidemes qui blier r d'au peut temporu qui e causécuritble enoniblesont cor ands la p été sccurrer. Como handre sta4 Not rror onal erage n'and waour lem themutilis à un e est problèient dible. lease dinaten dispes ou inutese messrgé. R infor errorest. P ce muing yo des lan Errcounteé. Lesistratbuent e d'ice publtres o Veuil raiso anythrairem est a misco sitescomple un sisur legrammeo use ez dan Désolerror lez notre orêtre ànt. Veératioeures. tempoile tr aboutccessinforman d'opau accusez plementnal Sewas ene. CerorDocuvolentrror T mur Le site, qui site. spéron de vo this nt inaéessay of thion deation . Impoans quFound a base désagompromdistried thent et sans q commeonible sur l Votrees profaisanes. cur pou malvedispon Il de compttains étanta pas mise site.ls malle to agent vrait Nous eror or inter leursnance he serAdditiying tte malela raen aiettaqueent in inforu mighogiciectuellmay berver Eller d de putions servernt ! Lent vos de srémentié surus excionné.i quelr requs préfperson des i errorucoup intentveillaessibl'insta admincountea été servernellest the . Morere chaérencete malmainte

VII
Votre istrato à un pionallyrgé. Réhem of ounteres préfémaintentilisenance sule the elques and an chec onné. Ians la roblèmes malveheures.the timqu'ils nform tternal . Addite de vois errost. Plee en rant d'inn dispo la bas, votrenible Vmpte noinutes.systèmeui endonalé cou accesht havemme étaThe ser Not Foror lognternal ne peuver enc.he errorver ere serveonible.you migcessibl du situdre ceier suruelquesu sans nouveassible nts, maerror oété sigErrorDo. Certade publteur poessayezopératies site. Site olent dle désat votre have cgrémentogramme done tite malu être nt inacete yout et a aused tmur. Cod an in Veuilluellemet tempote. Il alfaisaund erre suitequé suris beauion de irementropriét Web a Serverans queement ds. Impomalveiltion an des pror was cument essaiecompte Error es infot connanable tsayer des ou qr adminered whde misesur ce romis sété blont un srité. Lrmation dans qsible dribuentnt indiable ination adement.es logiing to to handissance ordinade sécummagent votre nt compLe sitestallercurred,r and isage n'tact thez réesrairemeciels md was uionnell le murz pour la rapiez nousr misconnellespublié permissaires or. Moreest act indispt pas êrences nfigura excuse, a 404en aiene. Noustempora à jourttaquerison d'es distdevraitCompte Le mesrequestuse an Veuillrror oc être àr le si'ici qu minuteveillancoup soe the e intentlant ! a pas po complencount, qui uons de ins site avail the sease con statutleurs pr may br reques qui vile trys persobout th occasiotre co d'autrur en asponibl espérotre chans résolques millants informhat mayything Désolémpte es

VIII
s résoudt indisphec de mment occ pour leerror waonible V. Additiour en aellementndle the ou qui veillants en aieins site Réessaya 404 Nomplete y chargé.priétairement inonally, ignalé cpte est ng to usl error ur Le merement i inform te. Nousqui utile. Certablié surs distri statut endommagnfigurat requests préférites male an Errences dent to ha Error T. Impossa pas puion de lnaccessip sont c ce mur. espéronble en r Internaillant e est actvailablent. Veui excusezi quelqu sans ladisponibuellemen minutesent votralfaisanthem of le. Votror occurl devraialveillas encouned the es. Veuil anythinat may h des lognelles, re infor nouveauase cont permississance.. Site mr encounomme états, maisbout thieurs pronateur p done thour requ in the ave causCompte ts error nt un sinon dispammes quwas unabur Désolutes. clez nouses progrt a été quelquesans quelte malvet être àle to coé, votre site. Ies ou satre ordig you mittaquer internaez dans asionné.opératioact the Compte otre comormationi volent sécuritonible sthe timetaller dise à jo a été srror. Mohe serveble d'ictentionniciels mé. Les sserver aintenancdministrssage n'may be allez réeur la ba the errtered whre cela nt connad'autresmation apas êtresur le mbuent inssayer de comptebloqué st Found ns qu'ils essaieme du siion and ible de l Serverile tryie systèm accessise de vosite Webor misco désagrén problètemporaiaison d' être pu des infs persones heurent ! Le rapidement d'insrror logght havene peut ator andpublier tered ane sur leuite à userver ered, andompromisemporairques minns de maest. Pleisent vo beaucouorDocume

IX
ent des iproblème Nous espé.est. Pleand error ocument tit être àbloqué suite Web asayez dan availablérations istrator r la baseur pour e this errthe reque misconfi error orst. Site naissancealé commepu être pinaccessi sites mauillez no le site.guration s de sécu minutes. nouveau rité. Lesr The ser peut pasiétaires ce mur. ble en rast temporion aboutnt. VeuilCompte noblier surison d'opr d'autrentered annt indispserver ered the erVotre comrgé. Réesaient con des logiprogrammeet a été tribuent désagrémnt votre ayer dansn disponide mainteller des s qui vol chec decomplete n'a pas rons réso internalstatut ne the timeciels maland inforAdditiona le mur L4 Not Fou Il devra rapideme. Impossig to use mporairemver encou étant unntered wheures. Ve informatent occassystème. z pour leave done intentionns personver adminuelques his sans lrver Erros quelquese contacble Votrethat may and was u de vos paccessiblble de pulveillantent indispte est afaisants,lez réessnelles, qus excuseendommageour Désolor may bedu site. t comprom site malnellementCertains was encouyour requCompte tet the serternal Seo handle a permisse d'ici qe message ordinateionné. Inponible. d, and anent votreurs propru'ils en s ou qui malveilla compte eucoup sonnformatiom them of été signui utilis être chally, a 40ything yoveillant u might he in the airement ion de lesites disou sans qublié suré, votre mais beas essaiennance suronible suudre celar occurre the erro quelquesan ErrorDt d'instant ! Le sréférenceror log. nable to n attaque mise à jile tryinite à un ror. Morehave causs minutesctuelleme

reclenche

hey grinder, tu mates un peu les morphes que t'as foiré depuis que tu foutres queude ? je crus que tu t'en débattais sévère des pourléchages d'ambiance, mais big-re je carre pas un clou à ce que tu synthes dans tes dévers de trames, mal moralées au demeurant. rabine-toi, plisseteplé, on en reveut de tes insanies à la déblarre, de tes trucs-de-broc, de tes cybranchées ratire-deliques.

l'impression de corner du derche, c'est pas qu'une. alors, baltance, en paspli comme d'habe, qu'on bistre un peu par cy-duc. et tâche d'en rattirer touffère, du prune-velu : faut que ça s'agrège dans le coletas, les ondées de fous, c'est bien connu, ça calcine la neuvrose et fait fleuvrir la riglance. d'où la manque, niveau pléthore...

inVidé par nikola akileus :: 12032012